Projet d’évolution de la maturité gymnasiale

Il existe quatre sous-projets : l’élaboration du plan d’études cadre (PEC), la mise en place d’une durée minimale de quatre ans pour le gymnase, la révision du règlement sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale (RRM) et la détermination des compétences concernant l’assurance qualité. L’homologation des résultats par la CDIP et la confédération est prévue pour octobre 2022 afin que les cours puissent débuter à l’été 2023 en conformité avec les nouvelles directives.

Au sein du groupe de coordination, la CDGS est représentée par Marc König et Gilles Revaz, aux côtés des présidences de la Conférence suisse des services de l’enseignement secondaire II formation générale (SCESFG), de la Commission Suisse de Maturité (CSM), de la Société Suisse des Professeurs de l’Enseignement Secondaire (SSPES) ainsi que deux délégués de swissuniversities.

Ursula Alder et Gilles Revaz sont dans le groupe de travail de l’ORRM, Véronique Mariani et Hans Hirschi sont dans le groupe de travail gouvernance. Dans tous ces groupes de travail, nous défendons ce qui nous semble important, comme l’accession aux Hautes Ecoles sans examen et les conditions nécessaires pour atteindre les objectifs de la formation gymnasiale tels que décrits à l’article 5.

L’état des travaux a été présenté le 13 novembre par le comité de pilotage lors de la vidéo conférence prévue.

Au printemps 2021, l’ensemble du projet sera mis en consultation par la CDIP.

L’évolution de la maturité gymnasiale

Position de la CDGS du 23.06.2019

Prise de position du comité de la CDGS sur l’évolution de la maturité gymnasiale

Lors de son assemblée générale 2018 à Kreuzlingen, le comité de la CDGS a évoqué que, suite à différentes réformes, plus ou moins conséquentes, il lui semble nécessaire de jeter un regard global sur la cohérence de la formation gymnasiale.

Nous sommes d’avis que nous nous trouvons aujourd’hui face à une révision plus globale de l’ORRM. Si le haut niveau de qualité de la formation actuelle est attesté, il convient de la garantir à l’avenir également et de permettre l’accès direct aux études universitaires.

Le comité estime que la finalité de la formation gymnasiale selon l’art. 5 de l’ORRM est toujours absolument pertinente (en résumé : la capacité à suivre des études universitaires ainsi que l’acquisition de la pensée critique nécessaire à l’exercice d’une responsabilité dans la société). Toutefois, comment peut-on, aujourd’hui, préparer nos élèves à une société transformée par la digitalisation et qui, à de nombreux égards, a évolué et évoluera encore très rapidement.

La CDGS tient à être active dans cette réflexion. Elle est en contact avec la Conférence suisse des services de l'enseignement secondaire II formation générale  (CEFSG - SMAK), la CSM - SMK (commission suisse de maturité), Swissuniversities et naturellement la SSPES – VSG (société suisse des professeurs de l’enseignement secondaire).

Le grand enjeu de ce processus général qui doit faire l’état des lieux de la formation gymnasiale consiste à associer les cantons, les écoles et les enseignants. Le projet « Evolution de la maturité gymnasiale » doit en effet se déployer activement à différents niveaux.

Nous voyons là une occasion de profiler notre voie de formation. Dans le contexte du développement des maturités professionnelles et spécialisées se pose la question de la spécificité de la maturité gymnasiale à l’avenir.

Nous avons invité la présidente de la CDIP et le président de la CSM et partons de l’idée que nous pourrons prendre position lors de l’assemblée générale 2019 sur le rapport du groupe de pilotage (Evolution de la maturité gymnasiale/mandat pour un état des lieux sur les textes de référence).

 Les questions suivantes nous semblent centrales :

  • Quelle est la finalité de la formation gymnasiale aujourd’hui ?
  • De quoi nos élèves ont-ils besoin pour accéder aux études universitaires ?
  • Que signifie « la pensée critique nécessaire à l’exercice d’une responsabilité dans la société » ?
  • Faut-il prévoir plus de contraintes en vue de l’acquisition des fondamentaux (plutôt en première partie des études gymnasiales) ?
  • Faut-il plus d’espace de liberté pour favoriser le développement de l’esprit critique/capacité de jugement (plutôt deuxième partie) ?
  • La formation gymnasiale comprend-elle vraiment « connaissances, savoir-faire et attitudes» ?
  • Quelle forme de culture de l’évaluation peut-elle correspondre à une formation gymnasiale dans son ensemble et à sa spécificité ?

Informatique à l'école

Documents

Projekt Basale fachliche Kompetenzen für allgemeine Studierfähigkeit in Mathematik und Erstsprache

Dokumente

Gemeinsames Prüfen

Dokumente

Fachliche Ausbildung der Gymnasiallehrpersonen

Dokumente

Schnittstelle Gymnasium-Universtität/Hochschule

Dokumente

Gymnase et armée

Les examens de maturité suivi de la cérémonie de remise des diplômes et le début de l’école de recrue doivent pouvoir être possible le même été.

Documents

Échanges d’expériences (22.06.2018)

Contact CDGS

Recteur André Lorenzetti (andre.lorenzetti[AT]gymkirchenfeld.ch)